Difference between revisions of "Main Page"

From EDIBLIK
Jump to: navigation, search
Line 15: Line 15:
  
  
:La dernière est sans doute la démonstration en 1889 de l'insolvabilité mathématique du problème des "n-corps" par '''Henri Poincaré''', c'est à dire de l'incapacité de la raison humaine (''logique mathématique'') à assimiler la pensée naturelle en l'état, en raison de sa complexité. Elle a introduit la floraison de "savoir-comment-faire" (''techne'') avec '''Clémenceau''', '''Plank''', '''Einstein''', '''Goëdel''' (qui a démontré cette incomplétude mathématique), etc. etc.  
+
:La dernière est sans doute la démonstration en 1889 de l'insolvabilité mathématique du problème des "n-corps" par '''Henri Poincaré''', c'est à dire de l'incapacité de la raison humaine (''logique mathématique'') à assimiler la pensée naturelle en l'état, en raison de sa complexité. Elle a introduit la floraison de "savoir-comment-faire" (''techne'') avec '''Clémenceau''', '''Plank''', '''Einstein''', '''Goëdel''' (qui a démontré cette incomplétude mathématique), etc. etc. devenus nécessaires au discours humain ('logos'') sur le monde.
  
:Nous l'identifions donc comme la "'''<u>singularité techno-logique</u>'''". '''Alan Turing''' nous a montré que la collusion cérébrale nécessaire (''risque du Big Brother'') n'obérait pas notre liberté si nous la placions dans la machine (''ordinateur''), et non plus seulement en syndiquant des personnes, des entreprises ou des Etats (''GAFAM/USCC'') mais aussi des "recettes à la manière d''''Al-Khawarizmi'''" (''algorithmes'').
+
:Nous l'identifions donc comme la "'''<u>singularité techno-logique</u>'''". '''Alan Turing''' nous a montré que la collusion cérébrale de cette nécessité (''risque du Big Brother'') n'obérait pas notre liberté si nous la placions :
 +
:* dans la maîtrise humaine de nos machines (''ordinateur''), de ses  "recettes à la manière d''''Al-Khawarizmi'''" (''algorithmes'') et de ses réseaux,
 +
:* et non dans la syndication monnétaire et commerciale des personnes, des entreprises ou des Etats (''GAFAM/USCC'')
  
  

Revision as of 20:57, 30 July 2016

EDIBLIK
explorer ensemble les complexités de notre nouvelle société ...


La vie du monde, avec ses hauts et ses bas au fil des siècles, est mathématiquement dite régulière.
Elle connait cependant, des évolutions historiques majeures. Certaines peuvent être de portée universelle (Big-Bang). Leur moment seuil s'appelle mathématiquement une singularité. Elles se produisent très rarement.


L'avant-dernière est sans doute la "singularité philoscientifique" lorsque Thalès s'est engagé dans la description (logos) de la réalité. Il a été suivi par la floraison des pré-socratiques et, suivant Socrate et Platon, la compréhension du fonctionnement syllogistique de la pensée par Aristote.


La dernière est sans doute la démonstration en 1889 de l'insolvabilité mathématique du problème des "n-corps" par Henri Poincaré, c'est à dire de l'incapacité de la raison humaine (logique mathématique) à assimiler la pensée naturelle en l'état, en raison de sa complexité. Elle a introduit la floraison de "savoir-comment-faire" (techne) avec Clémenceau, Plank, Einstein, Goëdel (qui a démontré cette incomplétude mathématique), etc. etc. devenus nécessaires au discours humain ('logos) sur le monde.
Nous l'identifions donc comme la "singularité techno-logique". Alan Turing nous a montré que la collusion cérébrale de cette nécessité (risque du Big Brother) n'obérait pas notre liberté si nous la placions :
  • dans la maîtrise humaine de nos machines (ordinateur), de ses "recettes à la manière d'Al-Khawarizmi" (algorithmes) et de ses réseaux,
  • et non dans la syndication monnétaire et commerciale des personnes, des entreprises ou des Etats (GAFAM/USCC)


Notre challenge, à son tour complexe, devient la maîtrise du chaos déterministe (Poincaré) de l'"agora digitale" (Hardy), fractale (Mandelbrot), en "réseau de réseaux" (Pouzin), à travers les données qui en sont le nouvel "insécable de Démocrite" (atome) que nous avons atteint avec le "bit" logique ("0/1", "oui/non", "vrai/faux") en réponse à l'infinité des questions possibles que peut porter le "qbit" quantique.


  • Complexe veut simplement dire que la simplicité :
  • ne doit plus être abordée en posant "toutes choses étant égales par ailleurs" ...,
  • mais en sachant que "toute chose doit être prise dans le contexte de toutes les autres" ....


  • L'on appelait notre façon de voir les choses, pas à pas, la "logique du tiers exclu". Et nous trouvions cela raisonnable, car c'est la façon dont notre raison fonctionne, un problème à la fois. Nous avons découvert que ce n'était plus toujours possible car beaucoup de choses se passent à la fois, dans le détail (concourance). Comme sur l'agora mondiale de l'internet : les choses son maillées entre elles. C'est cela que signifie "complexe" en latin : complexus veut dire maillé.


  • Cela veut dire que nous devons tricoter, dans le détail de ses points, un monde maillé par le mnème mémoriel que notre personnalité insémine ou que l'on insinue artificiellement dans nos machines, alors que nos cerveaux, qui maintenant en dépendent, pensent naturellement plus large et plus loin. Mais le mnème est l'ensemble des traces mémorielles organisé par l'intelligence propre ou par le temps qui remonte donc au-delà du réel, dans l'hyper-réel des interliens qui le tisse.


  • Nous en avons déjà bien pris l'habitude (et le goût !) :
  • avec le numérique des points de la géométrie d'Euclide, et l'infinité continue des points qui les relient entre eux,
  • et la quantification digitale des pixels suffisamment précisés (métadonnées) pour virtualiser les liens (syllodonnées) qui en forment les réseaux.


Les bliks spécialisés proposés par EDIBLIK ne sont qu'un simple outil pour s'entraider, en discutant ensemble ou en s'informant mutuellement, au sujet des réponses des "qbits" déterminants du maillage des questions qui les lient. Nous savons des réponses (oui ou non, bits) mais nous ne savons pas toutes les questions et leurs contextes.


la boîte à idées


Le blik est un simple wiki. Il est destiné à la "circonflexion" sur un seul sujet. La circonflexion est un vieux mot français qui signifie "discuter en tournant autour du pôt". Cela s'applique très bien à l'étude et à l'approfondissement ouvert à tous d'un sujet donné, selon une approche de pensée complexe où l'on se préoccupe de l'environnement et du détail de tous ses tenants et aboutissants.

Il est organisé autour d'une question, introduite dans le cadre de son en-tête.

Il est "gouverné" par un "primauteur" qui va en tenir le "blog" et en rédiger le "plex", c'est à dire un état du maillage ouvert des prémisses réunissant selon une économie holistique :

  • des informations et commentaires qu'il a reçus par communication,
  • des intellitions : ce qui fait sens à l'intelligence (naturelle/artificielle) de la connaissance réunie,
  • et des liens qu'il a collectés.

Blog

Plex

contacter le primauteur


Tout ceci en constitue le mnème : c'est à dire le tout mémoriel commun organisé pour être supérieur à la somme de ses éléments ; à partir duquel chacun pourra librement :

  • cogiter, "au sens de penser ensemble"
  • contribuer à l'extension et à l'approfondissement à travers sa relation avec le primauteur
  • par les groupes de réflexion ou de conflexion que celui-ci pouraa organiser;
  • par l'organisation de barcamps, de colloques,
  • pour l'édition de comptes-rendus périodiques, la tenue de cessions de formations, des publications "pour les copains",
  • la mise à disposition des archives thématiques du blik,
  • l'animation de listes des diffusion, de cercles d'expertise, etc.
  • avec l'aide de processus cogiteurs artificiels,
  • etc.

Le blik pourra ainsi servir de base pour un processus de recherche libre, la création et la gestion d'un référentiel, l'animation d'une cyberagora spécialisée ou locale, l'étude, la préparation et le lancement d'une initiative ou d'une entreprise coopérative, etc.




EDIBLIK s'attache particulièrement à l'exploration et au développement "anthropobotique", d'une société plus complexes d'hommes et de "cobots", ou la technique doit être au service du "plus-humains".


La démarche en général adoptée par un primauteur est de susciter les contributions par une liste de thèmes et de les coordonner, pour que le blik soit un travail coopératif dont il sera l'animateur. Ce travail est le plus souvent amorcé par une compilation de liens.


Si vous souhaitez créer ou animer un blick : consultez le site primauteur.fr